Article 1

Alors que les Américains de plus de 50 ans se tournent de plus en plus vers le cannabis médical, ou simplement en usage récréatif, et constituent la population de consommateurs qui augmente le plus, une étude vient nuancer les clichés du stoner paresseux et des risques sur la santé liés à l’inactivité.

« Comparé aux non-consommateurs adultes plus âgés », dit l’étude de l’Université du Colorado à Boulder, « les consommateurs de cannabis adultes plus âgés avaient un [indice de masse corporelle] plus bas au début de l’étude, pratiquaient plus d’exercices sportifs pendant l’étude, et se livraient à plus d’activités liées à des pratiques sportives à la fin de l’étude. »

En d’autres termes, non seulement les adultes de plus de 60 ans qui consommaient du cannabis étaient généralement en meilleure forme que leurs pairs qui s’abstenaient d’en consommer, mais ils ont mieux réagi à l’étude de quatre mois, essentiellement un régime d’activité physique prescrit par un clinicien.

« Ces résultats suggèrent qu’il peut être plus facile pour les personnes âgées qui reconnaissent leur consommation de cannabis d’augmenter et de maintenir leur comportement d’exercice, potentiellement parce que les consommateurs de cannabis ont un poids corporel inférieur à celui de leurs pairs non-consommateurs », ont écrit les auteurs de l’étude. « Au minimum, les preuves suggèrent que la consommation de cannabis n’entrave pas la capacité des personnes âgées à s’engager dans une activité physique, à participer à un programme d’exercice supervisé ou à augmenter leur condition physique à la suite d’une activité physique. »

Les auteurs avertissent toutefois que ces résultats sont préliminaires et devraient être confirmés par des études plus approfondies. Ils ne savent par exemple pas exactement pourquoi la consommation de cannabis est associée à des scores d’IMC plus bas ou pourquoi les personnes qui consomment du cannabis respectent davantage leurs horaires d’entraînement.

« Les futurs travaux », dit l’étude, « devraient utiliser des méthodes qui permettent une exploration ciblée des mécanismes par lesquels le cannabis pourrait être associé à l’exercice, que ce soit via un poids corporel plus faible, un plaisir accru, une douleur diminuée ou une récupération plus rapide. »

Tous ces facteurs potentiels, a noté l’équipe, ont été évoqués par les recherches pré-existantes. « La découverte du rôle du cannabis comme facilitateur potentiel de l’activité physique chez les personnes âgées peut être prometteuse. »

Source : Newsweed

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *